Nos rendez-vous "Adhérents" en 2020

 

La crise sanitaire nous conduit à repousser notre sortie annuelle du 25/04 à l'année prochaine.

La  tenue  de nos programmes 2020 dépendra de la situation.  Nous privilégierons la sécurité.

 

14 mars, Assemblée générale, conférence

L'AG se déroulera à La Chapelle des Capucins à 14h 30. Alors, vous saurez tout sur ces quelques fleurs...

Suite à 15h 30 avec la conférence

Conférence : "bourrées et danses en Berry et Boischaut-sud"

Fruit de ses recherches et de son investissement dans les arts et traditions populaires du Berry, Daniel Bernard propose un regard croisé de chercheur et de danseur. Depuis la fin du XVIIIe siècle, les danses populaires, branles, ronds, bourrées ont connu de nombreuses évolutions. Daniel Bernard évoque les aspects identitaires et rituels, le contexte où s’inscrivent danses et chorégraphies populaires. Grâce aux collecteurs et au mouvement folklorique renaissant des années 1970, ce répertoire survit et connait un nouveau succès dans les bals folks et néo-trad actuels.

 

Pionnier de l’Histoire du loup en France, ethno-historien et écrivain, spécialiste de la culture populaire berrichonne, Daniel Bernard a publié de nombreux ouvrages. Sa synthèse, Bourrées et danses en Berry : histoire et ethnographie, offre une approche ethno-historique qui sort des sentiers battus du folklorisme. (Editions Alan Sutton, 2011).

 

http://perso.orange.fr/daniel.bernard.berry/

25 avril, découverte de l'abbaye de Déols

 

Comme en attestent les découvertes archéologiques, Déols fut continûment occupé depuis le néolithique, les fouilles révèlent la présence des Gaulois, des Gallo-romains, etc. 

En 917, Ebbes le Noble, seigneur de Déols, fonde l’abbaye bénédictine, Notre-Dame de Déols, placée sous l’autorité directe du Pape. Son premier abbé fut Bernon, abbé de Cluny dont dépendait Déols. Trois édifices se sont succédés. Après avoir souffert des guerres de religions au XVIe siècle, la dernière abbatiale, datée de 1107, finit en carrière de pierre...

Malgré ce triste sort, d'importants vestiges témoignent de la richesse architecturale de cette grande abbatiale. Elle bénéficia de sa situation sur le chemin de St-jacques. Subsistent un clocher, une porte ouvragée, des vestiges du cloître et de la crypte...

 

NB : La visite bénéficie des dernières technologies : projection grand écran, 3D, visite en immersion virtuelle, restitution architecturale, réalité augmentée...

... puis du château de Bouges

En 1759, Charles-François Leblanc de Manarval, maître de forges et directeur de la Manufacture royale de draps de Châteauroux, fait édifier cet élégant château en remplacement de l'édifice médiéval qu'il avait acheté. Une faillite le conduit à la vente du château en 1779. Ensuite plusieurs propriétaires vont se succéder dont, en 1818, Talleyrand qui possédait déjà Valençay.

Une page se tourne en 1917. Avec son épouse, Henri Viguier, propriétaire et directeur du BHV, célèbre magasin parisien, acquiert Bouges. Le couple modernise le monument, meuble les pièces, aménage avec goût château, dépendances et jardins. Veuf et sans descendance, Henri Viguier lègue Bouges à l'État en 1967.

Bouges a fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 7 septembre 2001.